Go to Top

Trésors du musée d’Art de Pékin

Dans le prolongement de la sortie « les lanternes » à Gaillac, l’an passé, nous vous proposons aujourd’hui l’exposition « Trésors du musée d’Art de Pékin » prêtée par le musée des Arts de Pékin.  L’ATSCAF 31 organise cette sortie le 19 octobre 2018. Un moment exceptionnel :

Ces œuvres proviennent du Musée d’art de Pékin (Temple Wanshou), dont certaines sortent du pays pour la toute première fois !
Aller et retour en BUS ATSCAF 31, au prix de 42 euros, départ parking Cité administrative  à 13h30 et retour vers 19h.
Plus de renseignements et Inscriptions M. BARTHERE Tél 06 03 43 78 29 et la Permanence Tél 05 34 44 80 03

Cette exposition est à caractère exceptionnel puisqu’elle est composée de 140 œuvres datant du XVIIe siècle au début du XXe siècle et abordant les thèmes des paysages, de la calligraphie, de la présence humaine dans le paysage et de la nature.
Ces œuvres proviennent du Musée d’art de Pékin (Temple Wanshou), dont certaines sortent du pays pour la toute première fois.
Vous pourrez y retrouver des calligraphies, des peintures et des objets exceptionnels de par leur rareté et leurs dimensions (rouleaux de plus de 13 mètres). Ces œuvres ont toutes été réalisées par des peintres de grande renommée tels les empereurs eux-mêmes.
Cet évènement trouve naturellement ses racines dans notre cité millénaire grâce à la personnalité éminente d’Antoine Gaubil qui rappelle les liens que Gaillac a entretenus avec la Chine depuis le XVIIIè siècle.
Antoine Gaubil, né à Gaillac en 1689, fut en effet l’un des grands scientifiques français au service de la Chine au XVIIIè siècle. Jésuite, mathématicien, géographe, astronome, linguiste, il fut l’un des premiers sinologues et laissa de très nombreux ouvrages sur l’histoire des peuples et des dynasties chinoises qui firent connaître cette civilisation en Occident. Familier des princes et des empereurs à la cour impériale, curieux de toutes les sciences et de tous les arts de la Chine, il fréquenta de nombreux artistes et lettrés durant son long séjour à Pékin où il s’éteint en 1759.

 

ATSCAF 31